Cardiologue, nutritionniste, spécialiste de la médecine prédictive internationalement reconnu, le docteur Frédéric Saldmann, auteur de plusieurs best-sellers, dont On s’en lave les mains et Le Grand ménage, propose une méthode simple et accessible pour profiter pleinement de son capital santé : mieux utiliser notre propre corps.
À rebours d’une médicalisation excessive et systématique, notre corps est en effet sans que nous le sachions notre plus grande ressource. Il détient des capacités inouïes, infiniment plus efficaces que nombre de médicaments. Ces pouvoirs, il suffit de les activer. En découvrant les mouvements qui soignent, les vrais aliments santé, le secret du jeûne séquentiel, en oubliant les régimes, en comprimant certains points névralgiques de notre corps, en changeant de posture…
Ce livre donne les clés pour prendre sa santé en main et consolider tous les domaines qui la composent (alimentation, poids, allergies, sommeil, sexualité, vieillissement…) afin de mieux se protéger avec des moyens à notre portée, passer au travers des maladies et profiter pleinement de la vie.

Encore une découverte que je veux partager avec vous. Ce bouquin est fabuleux et à lire sans tarder.
Ce doc donne plein d’astuces très intéressantes pour éviter les traitements chimiques etc
Je vous le conseille vraiment.
Je vous recommande de le déguster, de ne pas le lire trop à la hâte car il faut bien analyser et retenir ses précieux conseils.

Vous n’êtes pas convaincu(e) ? Écoutez-le : http://www.youtube.com/watch?v=kqs9VNyEYco

Bonne lecture !

Valérie GANS : Le bruit des silences

ça fait plusieurs fois que je tombe sur un bon bouquin aux Editions JC Lattès !
Ce bouquin m’a emmenée dans l’univers de Lorraine, jeune fleuriste divorcée qui tombe raide dingue de Cyrille.
Je vous conseille ce livre, vraiment, même si je suis restée sur ma fin (faim). A vous de découvrir, de me donner vos impressions.
Qui sait, Valérie Gans prévoit peut-être une suite ? !

L’atelier des miracles – Valérie Tong Cuong

Les trois personnages n’avaient rien demandé, ils ne vivaient pas vraiment, ils survivaient tout au plus. Entre Mariette qui n’est heureuse nulle part, Millie qui opte pour l’amnésie et Monsieur Mike qui n’a jamais croisé le bonheur non plus, on avance dans ce roman sans jamais s’ennuyer. Les portraits croisés progressent grâce à Monsieur Jean et son « atelier ».

 Grâce à ce beau roman, on croit à la seconde chance, aux rencontres improbables qui permettent des miracles, au nouveau départ, ce n’est pas qu’une promesse.

Je ne suis pas déçue par la fin du livre, même si je trouve que certains enchainements sont trop rapides.  Mais qui suis-je pour me permettre une telle remarque ? Moi qui rêverais de pouvoir écrire un tel livre. Félicitations à Valérie Tong Cuong, un auteur que je ne suis pas prête d’arrêter de lire. D’ailleurs, je me dépêche de me procurer « L’ardoise magique », « Providence » et tous les autres !!!

 

 

Les lisières – Olivier Adam

J’ai été bouleversée. Olivier Adam a eu cette capacité de me captiver dès le premier chapitre de son nouveau roman. Son écriture est fluide, contemporaine, réaliste. Il parle dans notre langue, j’entends par là qu’il narre la vraie vie, celle qu’on aime à vivre, celle que parfois on subit. On ne peut que se retrouver dans chaque mot, notamment dans l’actualité qu’il décrit avec beaucoup de sincérité (sans détour), ou ce décalage complexe d’avec nos parents, ou encore les sentiments amoureux si bouleversants, contradictoires, inaccessibles. On ressent aussi très fort son besoin indéfectible d’avoir ses enfants tout contre lui (au sens propre comme au sens figuré).

Entre son ex-femme dont il est toujours amoureux, ses enfants qui lui manquent, son frère qui ne le ménage pas, son père ouvrier qui s’apprête à voter FN et le tsunami qui ravage un Japon où il a vécu, Paul Steiner survit. De retour dans la banlieue de son enfance, il va être confronté au milieu social dans lequel il s’est construit pendant son enfance, avec le fossé que son évolution a créé.
C’est à un véritable bilan de sa vie qu’il se livre. Dans ce roman qu’on n’a plus envie de lâcher, Olivier Adam a le don de décrire le destin d’un homme et d’une France en souffrance…

J’aimerais connaître votre avis !

Le chagrin – Lionel duroy

 » A l’origine de ma venue au monde, de notre venue au monde à tous les onze, il y a l’amour que se sont déclarés nos parents. Toutes les souffrances qu’ils se sont infligés par la suite, toutes les horreurs dont nous avons été les témoins ne peuvent effacer les mots tendres qu’ils ont échangés durant l’hiver 1944″

Ce sont les premiers mots du livre , et même s’il a préféré s’attribuer un autre prénom (bizarre, d’ailleurs !?), c’est bien l’incroyable et bouleversante histoire de l’auteur que l’on va suivre ici, de la seconde guerre mondiale à nos jours, de la Tunisie à Paris, du chagrin si présent qu’il faut l’écrire, même si pour cela Lionel Duroy se verra définitivement rejeté par sa famille entière. Car oui, tous lui ont tourné le dos suite à ce livre. Il y raconte toute sa vie de famille si peu ordinaire.

Je me suis surprise à dire plusieurs fois pendant la lecture que, si j’écrivais un jour quelque chose d’auto-biographique, j’aimerais savoir l’écrire comme çà, avec ces mots-là. Comme vous l’avez compris, je suis très touchée (et concernée…).

Difficile de résumer ce roman si foisonnant sans avoir l’impression de le trahir. Chaque événement, chaque mot, chaque personnage a son importance. Un roman dense, épais et pourtant pas une seule minute, je ne me suis ennuyée. On alterne constamment entre le rire et les larmes. On suit avec attention les histoires de son père, Toto, toujours impliqué dans des histoires absurdes et impossibles, mais que ses enfants continuent à aimer si fort…et Suzanne, la mère, et quelle mère !, usée par ses rêves inaccomplis et par onze grossesses, préférant un fils parmi les autres, dépressive, folle parfois, dont on souhaiterait souvent se débarasser. Lionel enfant fut à la fois privé d’école pendant trois ans, malade à l’hôpital sans aucune visite, victime de l’irresponsabilité incessante de ses parents, à la recherche constante de l’impossible amour de sa mère… C’est très très émouvant et son écriture est juste, sensible.

Passionnant et éprouvant, dur et doux à la fois, ce roman est l’un des plus captivants que j’ai lus ces dernières temps. Il faut vous le procurer et le dévorer. Vous le trouverez facilement d’occasion sur des sites comme PriceMinister ou Amazon par exemple.

J’attends votre avis.

Blanche étincelle !

J’adore Blanche Étincelle (autant que j’ai a-do-ré Mort d’un jardinier). C’est à la fois doux, intéressant, émouvant, simple et vrai, sensible, amusant & attachant. Ce livre décrit les personnages de l’intérieur avec une grande justesse. Ces portraits rappellent qu’il existe des gens (parfois seuls) dont la vie est faite de petits riens significatifs. Difficile de poser le livre sur sa table de chevet et d’attendre le lendemain pour lire la suite. Mais je me lève tellement tôt…

On se laisse aller, on ne pense qu’à ces deux femmes, on oublie tout ! En somme une lecture de qualité et un très bon moment à passer !

Merci Lucien, j’ai hâte de lire le suivant.