Me revoilà

Ehh oui… Les fêtes sont terminées.

Bonne année, Bonne santé !

Il faut bien l’admettre,

on n’en a pas perdu une miette !

À nous les bonnes résolutions,

et leur lot de déceptions…

Mais sans en arriver au malaise,

des kilos il faut se délester en 2016 !

Je me suis donc reconnectée pleine de bonne volonté sur http://www.weightwatchers.fr et c’est parti pour un régime complété de séances de sport, car l’un ne va pas sans l’autre.

Avant-hier 45 min de marche active, hier 30 min de ménage actif aussi (!) et aujourd’hui… ben oui t’as fait quoi aujourd’hui ? rien en fait…

Et vous ?

dbd22ba3bd0df8f385bdac3e9f8be207-2

Publicités

Diète intermittente

C’est la seconde fois que je programme une journée de diète intermittente. Je la pratique tous les dix jours désormais.

Qu’est-ce qu’une diète intermittente me direz-vous ? et vous aurez raison ! Le nom est plutôt curieux…

Le jeûne intermittent est un régime alimentaire qui consiste à alterner des périodes de jeûne et des périodes d’alimentation normale. Les effets recherchés d’un tel régime sont généralement d’ordre physique, parfois d’ordre spirituel. La durée du jeûne et sa fréquence sont modulables. Ce régime présente la plupart du temps une nature cyclique. Les périodes de jeune et d’alimentation normale auront alors une durée fixe. À titre d’exemple, pour un cycle hebdomadaire: une période d’alimentation normale suivra un jeûne de 24 heures. Sauter le petit déjeuner est un exemple de jeune intermittent sur un cycle de 24 heures.

Sur le plan physiologique, le jeûne intermittent est susceptible de conduire à :

Une perte de poids ;
Une perte de masse adipeuse proportionnellement à la masse corporelle ;
Une diminution de l’inflammation de tissus ;
Une diminution des risques cardio-vasculaires ;
Une augmentation de l’appétit pendant les périodes d’alimentation normale ;
Une diminution de la mortalité ;
Une conservation de l’apport calorique moyen ;
Une amélioration du vieillissement du cerveau ;
Une modification du rythme circadien ;
Une résistance au stress cytotoxique et aux effets d’une irradiation ;
Des effets positifs sur différents biomarqueurs, notamment le cholestérol LDL10 et la température corporelle ;
Un moindre développement des maladies chroniques lié aux autres modifications physiologiques décrites ;
Une réduction de la prolifération cellulaire.

C’est pas rien quand même et ça vaut vraiment le coup d’essayer !

En ce qui me concerne, je démarre donc pas une grande expérience de cette pratique.
Je suis capable pour l’instant de jeuner dix heures d’affilée (en buvant uniquement de l’eau et du thé sans sucre évidemment). Je petit-déjeune vers 9 heures et je mange à nouveau après 19 heures, pour ne pas dire à 19 heures précises car je ne peux plus attendre bien longtemps… Le pic le plus compliqué se situe aux alentours de 15 heures… Je bois alors un immense bol de thé et surtout, surtout je m’occupe l’esprit.

Car c’est là tout l’intérêt aussi, c’est de se recentrer sur des choses qui nous tiennent à coeur, avancer dans des projets ce jour-là. les jeûneurs sont invités à réaliser une introspection pendant cette période.

Partagez avec moi votre expérience. Dites moi comment vous le vivez, ce que vous faites à la place de manger, si vous supportez. JE VEUX TOUT SAVOIR.

Régime… Pfff

Bon, alors, je dois bien l’avouer… J’ai tout laissé tomber. Tout en restant vigilante quand même.

J’ai donc repris royalement un kilo et c’est tout.

ça vous en bouche un coin quand même, pas vrai ?

Si dans mes lecteurs & lectrices, quelqu’un peut m’envoyer une bouée de sauvetage, j’entends par là un message d’encouragement ou une technique qui me permettra de reprendre là où j’ai tout abandonné.

 

Car il faut bien l’avouer, j’étais vachement bien partie !

Weight watchers et son programme me convenaient très bien.

Alors vous devez vous demander pourquoi j’ai arrêté. Eh ben moi aussi figurez-vous, je ne comprends pas pourquoi j’ai arrêté…

Help !

J’attends vos messages…

Gluten, urticaire, douleurs articulaires et tutti quanti…

C’est frustrant à la fin de ne pas savoir.

Je fais vraiment attention à ce que je mange et pourtant, parfois, je souffre de cet urticaire et toujours j’ai ces douleurs dans les articulations. Alors je commence à inventorier dans ma tête tout ce que j’ai pu avaler. Quel est cet aliment qui s’est subrepticement frayé un chemin entre la galette de sarrasin et le bol de riz… Qu’est ce qui fait que je me gratte autant le dos, qu’est ce qui fait que j’ai si mal au coude gauche, dans le bas du dos ! Je regarde mon dos (si si j’y arrive) et oui je distingue quelques petits boutons et rougeurs qui me confirment que oui, cet urticaire est toujours là, malgré tous ces efforts… C’est vraiment rageant et ça m’attriste…

Et puis je suis si fatiguée. Il faut que mon bon docteur trouve la cause. Je continue donc ce régime sans gluten, sans sucre raffiné, sans laitage d’origine animale, en faisant comme si toutes ces privations n’avaient aucun effet sur mon moral, comme si j’avais enfin trouvé LA SOLUTION et on verra bien…

@ +

Sans gluten

Bon, finalement, ça se passe plutôt bien, enfin… si j’exclus le fait que le pain me manque, les fruits & légumes que le toubib veut que j’élimine pour l’instant pour test, me manquent…
Mais faut avouer que je m’attendais à pire, car j’ai trouvé quelques bonnes choses à consommer au rayon sans gluten.
En plus, toutes ces petites privations ne peuvent pas faire de mal à mon poids ! Il faut voir les choses du bon côté, car une chose à écarter aussi de son alimentation, c’est le sucre raffiné. Il est non seulement néfaste pour la santé mais c’est lui le grand responsable de la prise de poids.

Donc même si au terme de ce régime draconien, je peux réintégrer certains aliments, je ne ferai plus les mêmes erreurs.

Pour les amateurs, j’ai une liste de bons produits à vous communiquer. N’hésitez pas à me questionner.

Bon week-end à tous !

Sans gluten

Sans gluten

Eh oui… Vous l’avez compris, je fais (peut-être) une intolérance au gluten. – Problème de démangeaison, d’urticaire, prise de poids, fatigue énorme et problème d’articulations – Bon, ne nous énervons pas. Il faut tout d’abord pour en être certaine que je fasse le test « pas de gluten pendant trois semaines ». Et c’est là que la galère commence parce que oui, le gluten est partout ! Il faut donc batailler, chercher, fouiner, lire tous les emballages pour savoir si oui ou non je peux consommer tel ou tel produit. Mon cher docteur (et ça n’est pas péjoratif) a trouvé la solution : Jus de légumes, riz, produits sans gluten, viande blanche, poisson et c’est tout.

Mes quatre produits phare… oubliés…

C’est quoi mes produits préférés ? Eh bien le chocolat, les fruits-légumes, les yaourts et LE PAINNNNN…

Le pain sans gluten, c’est du carton, il faut que je me dépêche d’aller au supermarché bio dans le rayon sans gluten (en espérant qu’il y en ait un…) pour trouver des subterfuges, des solutions, des trucs qui me permettent d’apprécier mes repas. Sinon, je vais craquer, c’est évident.

À suivre……….

(en tous les cas, pendant ce long moment de solitude, ne me laissez pas seule, donnez moi vos conseils, vos expériences, merci)

Sucres raffinés

Sucres raffinés

Je sors de chez le toubib et je dois désormais vivre sans sucre raffiné. C’est quoi du sucre raffiné ? Je cours sur le web et je découvre que le sucre est partout. Il ne suffit pas de supprimer les gros morceaux de sucre (car ça il y a belle lurette que je l’ai fait étant donné que je veux garder la ligne…!).
Non, le problème, c’est que le sucre est partout, dans les plats, dans les pâtisseries, dans les boissons, dans le pain.
Alors moi je veux bien réduire, mais de là à supprimer toutes ces bonnes choses, je sens que je vais galérer.
Donnez moi tous vos bons conseils pour trouver des subterfuges, faites moi part de votre expérience si vous êtes dans mon K ! Please ! Ne me laissez pas errer comme une âme en peine devant le réfrigérateur… Biz