Moi aussi j’arrête de râler !

Connaissez-vous Christine LEVICKI ?
Pas encore ?

Eh bien je vous invite à vous connecter sur le site : http://jarretederaler.com/
pour découvrir ce qu’elle nous ramène des États-Unis : un concept tout simple mais tellement efficace qui consiste à arrêter de râler, pester, rouspéter, crier sur tous les petits aleas de la vie, les événements incontournables (comme sur nos enfants, notre conjoint, un chauffeur, la météo ou que sais-je encore).

Si vous pensez que votre vie pourrait peut être être plus agréable,
Comme Christine et comme moi depuis ce matin (!), relevez le challenge de ne pas râler pendant 21 jours consécutifs pour retrouver sérénité et plaisir de vivre !

Comment ça fonctionne ?

« Le challenge consiste à consacrer 21 jours pour passer de râler à célébrer.
Le principe est simple, pour commencer mettez à votre poignet un bracelet pour vous rappeler que vous vous engagez dans ce challenge.
Commencez votre journée et à chaque fois que vous vous surprenez à râler mettez le bracelet de l’autre côté (ne vous inquiétez si pendant les premiers jours vous changez le bracelet plusieurs fois)
Lorsque vous changez le bracelet de côté le compte à rebours repart à zéro. (Et oui !)
Le challenge est difficile c’est vrai mais une chose est certaine c’est que l’essayer et le tenter c’est ouvrir la porte à plus de bonheur, plus d’appréciation pour les délices de la vie et la création d’un monde meilleur. »

Pour moi je vis aujourd’hui le JOUR 1 et il est 16H15.
Bon c’est un jour qui sort de l’ordinaire, un 31 Décembre, on n’est pas comme pendant une semaine traditionnelle, un peu beaucoup en mode fêtes.

Je pense que ça sera plus compliqué quand je serai face à mon interminable to do list, devant mon réfrigérateur vide ou en retard à un rendez-vous.
On verra…

Si vous voulez que je vous fasse part de mon expérience, faites le moi savoir par un petit message.

En attendant le prochain post, je vous souhaite un très bon réveillon, rempli de bonheur, de champ’ et de bisous.

See U

J’ai mis le nez dehors.

J’ai humé. Il fait frais.
Pas grand chose à signaler.
Il pleut, le vent souffle fort,
les gens marchent tête baissée dans les rues, direction petit confort.

Silence sur la ville.
Sauf dans l’hypermarché où grouillent des familles entières,
chaleur, lumière,
pour acheter une pécadille.

Miss Cat dort paisiblement dans le canapé,
Elle rêve à demain car c’est là qu’elle passera le reste de sa vie.